La naissance du syndicat Unia

La naissance du syndicat Unia - image historique d'une manifestation

Les syndicats fondateurs

Le syndicat Unia fut fondé à l’automne 2004 par la fusion de cinq organisations :

  • Fédération des travailleurs de la métallurgie et de l’horlogerie, FTMH
  • Syndicat des travailleurs de l’industrie et du bâtiment, SIB
  • Fédération des travailleurs du commerce, des transports et de l’alimentation, FCTA 
  • Syndicat du tertiaire « unia »
  • Syndicat genevois « actions »

    Le plus grand syndicat de Suisse

    Par ce regroupement, Unia est devenu le plus grand syndicat de Suisse avec 200 000 membres.

    Force syndicale dans le secteur des services

    La fusion visait notamment à élargir sa présence dans le secteur tertiaire privé. A l’époque, les syndicats y étaient faibles alors que la majorité des employé-e-s travaillaient dans ce secteur. FTMH, SIB et « actions » avaient d’ailleurs déjà créé en 1996 le syndicat « unia », un projet commun pour les branches du tertiaire. Avec la fusion qui fit naître le syndicat Unia, auquel participa également la FCTA, le travail dans le secteur tertiaire put s’intensifier.

    Un syndicat pour toutes et tous

    Le second objectif assigné à Unia était d’unir les branches des arts et métiers et de l’industrie, pour en renforcer la représentation syndicale qui était fragmentée jusqu’alors. Défi relevé avec succès : Unia est aujourd’hui le syndicat le plus important et une force incontournable.dans presque toutes les branches de l’industrie, ainsi que dans toute la construction et les arts et métiers (env. 150'000 membres).

    Un syndicat implanté localement

    Un autre objectif du nouveau syndicat consistait à être présent dans toute la Suisse, jusque dans les communes, avec à un réseau dense de sections, de groupes locaux et de secrétariats. Grâce à la fusion, Unia est aujourd’hui présent dans plus de 60 localités avec ses secrétariats et ses activités.