Prévoyance vieillesse 2020

Réforme Prévoyance vieillesse 2020

«Prévoyance vieillesse 2020» est une réforme des 1er et 2e piliers, c’est-à-dire de l’AVS et de la prévoyance professionnelle. Unia recommande de glisser un oui dans l’urne le 24 septembre, car cette réforme renforce l’AVS et garantit son financement.

Renforcement de l’AVS

Pour la première fois depuis plus de 40 ans, les rentes AVS seront notablement augmentées. Les nouveaux retraité-e-s percevront 70 francs supplémentaires et les couples jusqu’à 226 francs de plus par mois. Les salarié-e-s à temps partiel ou touchant de bas revenus seront mieux assurés dans le 2e pilier. Ce sont surtout les femmes qui bénéficieront de cette mesure.

Démantèlements évités

L’Union patronale, l’UDC et le PLR combattent cette réforme. Ils voient d’un mauvais œil le renforcement prévu de l’AVS Avec l’AVS, les personnes qui perçoivent des salaires élevés doivent payer des cotisations sur l’intégralité de leurs revenus. Les rentes sont plafonnées, ce qui fait de l’AVS l’assurance sociale la plus redistributive. La droite préfèrerait élever l’âge de la retraite pour toutes et tous à 67 ans – voire plus – et favoriser l’épargne dans le 2ème pilier, qui est beaucoup plus incertain.

Recul sur l’âge de la retraite des femmes

Prévoyance vieillesse 2020 est un compromis. Le relèvement à 65 ans de l’âge de la retraite des femmes constitue clairement un pas en arrière regrettable. Il est incompréhensible que les femmes doivent payer le prix fort de la réforme alors que l’égalité salariale n’est pas concrétisée, loin de là. Les femmes travaillent beaucoup et gratuitement à l’avantage toute de la société. Malgré cette régression difficile à digérer, cette réforme s’avère positive dans son ensemble car elle apporte d’importantes améliorations, en particulier pour les femmes.