Retraite anticipée

Retraite anticipée

Retraite anticipée dans la construction

C’est en juillet 2003 que les premiers maçons ont bénéficié de la retraite anticipée (rente RA). La retraite à 60 ans sur les chantiers constitue un des principaux acquis sociaux de ces dernières années. Elle améliore sensiblement les conditions de travail dans le secteur principal de la construction. Et la retraite anticipée a aussi été une réalisation majeure des partenaires sociaux, qui avaient beaucoup lutté pour la retraite à 60 ans.

La retraite anticipée, une histoire à succès

Ces dix dernières années, environ 13000 travailleurs de la construction ont bénéficié de la retraite anticipée. Ils peuvent ainsi prendre leur retraite à 60 ans en bénéficiant de solides garanties financières. La retraite anticipée dans la construction est financée par des prélèvements salariaux. Une fondation constituée par les partenaires sociaux (fondation FAR), sur la base d’une convention collective de travail (CCT) déclarée de force obligatoire, est responsable des questions de gestion.

Il faut garantir maintenant la retraite à 60 ans

Jusqu’ici, la solution de retraite anticipée dans la construction se porte bien et toutes les rentes actuelles sont garanties. Par contre, dans les dix prochaines années, toujours plus de travailleurs prendront leur retraite. D’où la nécessité de prévoir provisoirement des rentrées plus élevées. C'est pourquoi les partenaires sociaux ont décidé en 2015 d'augmenter les cotisations. Pour un temps limité, ils verseront 2 pour cent de salaire en plus à la FAR, de manière paritaire. Les cotisations seront revues à la baisse d’ici 10 à 15 ans, car le nombre de retraités diminuera à nouveau.