Négociations salariales 2016/2017

Pour l’année 2017, Unia réclame une hausse générale des salaires de 1 à 1,5%, et une contribution patronale aux primes d’assurance maladie. Unia demande des accords salariaux généralisés. Tous les salariés doivent pouvoir profiter de cette revalorisation. L’écart entre hauts et bas salaires se creuse toujours plus : Unia aimerait stopper cette tendance.

Une participation aux primes d’assurance maladie

Pour compenser la légère inflation de la fin de l’année et de la forte hausse des primes d’assurance maladie de 4 à 5 % (20 francs par personne), une allocation pour les primes d’assurance maladie est urgente et nécessaire. Unia demande donc une contribution patronale de 45 francs par mois. Ces allocations permettront d'éviter une baisse du pouvoir d'achat des salarié-e-s.

Réduire l’écart de salaire entre hommes et femmes

Si on prend le salaire moyen de l’économie privée, les femmes gagnent 988 francs (15%) de moins que les hommes. Environ 60% de cette différence peut être attribuée à des critères objectifs (formation, âge, ancienneté, profil et fonction). Mais il reste une part de 40% qui est directement imputable à la discrimination. Une augmentation générale profitera donc précisément aux femmes. Unia demande aux entreprises de soumettre leurs salaires à un contrôle d'égalité.