Salaires

Pour des salaires équitables et de bons salaires minimums

Unia s’engage pour des salaires équitables et pour des augmentations générales. Le travail dans le commerce de détail, où les professions féminines dominent, est fréquemment sous-estimé. D’où l’importance de le revaloriser. En proposant une bonne formation et des salaires équitables. D’importantes avancées ont été obtenues chez Coop dans le domaine des salaires minimums.

Des salaires minimaux améliorés

Unia s’engage avec succès pour de bons salaires. De fructueuses campagnes ont abouti à des améliorations substantielles. Les salaires minimaux ont ainsi progressé de 12 % depuis 2006. En 2000, les plus bas salaires ne dépassaient guère 2600 francs dans certaines régions. Entre-temps, la CCT prévoit sur le plan suisse les salaires minimaux (salaires de référence) suivants:

  • formation élémentaire/aucune formation: 3900 francs
  • formation initiale de 2 ans: 4000 francs
  • formation initiale de 3 ans: 4100 francs
  • formation initiale de 4 ans: 4200 francs

(salaire versé 13x).

A travail égal, salaire égal

En vertu de la loi et de la Constitution, les femmes et les hommes ont droit à «un salaire égal pour un travail de valeur égale». Unia se bat depuis longtemps pour la réalisation de l’égalité salariale entre femmes et hommes et pour un réexamen du système salarial de Coop sous l’angle de l’égalité salariale.

En outre, il est important de revaloriser et de reconnaître à sa juste valeur l’activité dans la vente. En particulier, l’expérience professionnelle doit être dûment rétribuée. Unia insiste encore sur la formation de base et continue du personnel de Coop.

Des adaptations de salaire pour tous

Comme partenaire conventionnel, Unia négocie chaque année avec Coop les adaptations de salaire. Unia exige des augmentations pour l’ensemble du personnel et a enregistré jusqu’ici un certain nombre de succès. Les négociations des dernières années ont le plus souvent abouti à des hausses générales et structurelles des salaires. D’où des adaptations bienvenues au profit des bas salaires et notamment des femmes.