Migros – pour de bons salaires

En dix ans, nos pressions constantes ont permis d’obtenir des améliorations majeures – comme des salaires minimaux plus élevés. Or ce n’est pas suffisant. Notre exigence d’augmentations générales pour tout le monde reste par conséquent d’actualité.

Succès en matière de salaires minimaux

Unia se bat avec succès pour de bons salaires, lors de campagnes engagées. Migros a fini par céder aux pressions publiques et a introduit des salaires minimaux nationaux, de 3000 francs en 2001, puis 3300 francs en 2003. Auparavant, les plus bas salaires s’élevaient à 2550 francs par mois. En 2014, les salaires minimaux suivants sont en vigueur (avec des possibilités de dérogation régionale):

  • formation élémentaire/aucune formation: 3800 francs
  • formation initiale de 2 ans: 3900 francs
  • formation initiale de 3 ans: 4000 francs
  • formation initiale de 4 ans: 4200 francs

(versement 13x).

Unia exige des augmentations de salaire pour tous

Migros n’a accordé ces dernières années que des hausses individuelles. Par conséquent, les employé-e-s ne bénéficient pas tous d’une augmentation de salaire.

En outre, Migros ne négocie plus qu’une année sur deux les salaires dans divers secteurs (logistique, gastronomie, boucheries, écoles-club et centres de loisirs). Unia exige donc que Migros négocie des adaptations salariales annuelles pour tout son personnel.