Un partenaire social compétent

Unia compte 14 000 membres dans le commerce de détail, ce qui en fait le premier syndicat de la branche. Comme partenaire social et partie à la convention collective de travail de Coop – et à toutes les CCT locales de la branche déclarées de force obligatoire –, Unia s’engage pour de meilleures conditions de travail.

Longueur des journées de travail, bas salaires, pressions au rendement

Avec plus de 320 000 employé-e-s, le commerce de détail est une des branches économiques les plus importantes de Suisse. Or les conditions de travail y sont insatisfaisantes. Les horaires sont longs, les salaires restent bas et des situations précaires sont encore répandues. Environ 50 000 employé-e-s du commerce de détail touchent moins de 4000 francs par mois à temps plein. L'expérience et la formation ne sont pas reconnues à leur juste valeur.

Ces dernières années, la productivité par salarié-e a massivement augmenté dans le commerce de détail. Toujours moins de personnes en font toujours plus, tout en étant contraintes à une flexibilité accrue à cause de l’extension des horaires d’ouverture. Conséquences: davantage de stress et des menaces pour la santé.

A cela s’ajoutent les externalisations partielles d’entreprises par franchisage, la question des faux indépendants, etc. En réponse à ces évolutions, il est crucial que les partenaires sociaux mettent en place une réglementation qui protège efficacement les travailleuses et travailleurs de la branche.

Pour une CCT nationale

En tant que partenaire social, Unia a conclu des CCT régionales (dans les cantons de Genève et Neuchâtel et dans les communes de Lausanne et Nyon) et divers contrats d’entreprise. A moyen terme, l’objectif est d’obtenir une convention-cadre déclarée de force obligatoire sur le plan suisse. Mais encore beaucoup d’employeurs du commerce de détail ne veulent pas entendre parler d’une telle solution.