Principales nouveautés de la Convention collective nationale de travail 2017

Après plus de 30 rounds de négociations durant plus de deux ans, nous avons atteint notre objectif. Nous avons défendu avec succès la CCNT et tous ses acquis.

CCNT défendue avec succès

Les acquis défendus sont notamment:

  • les salaires minimums
  • le 13e salaire
  • la promotion de la formation professionnelle et continue
  • les contrôles et amendes en cas d’infractions à la CCNT

Nous avons également réalisé des progrès importants pour ce qui est des deux derniers points. Les salaires et le congé paternité connaissent aussi des améliorations.

Nouveaux salaires minimums

  • Fr. 3‘417 pour le personnel non qualifié
  • Fr. 3‘618 avec la formation Progresso
  • Fr. 3‘718 avec un attestation de formation professionnelle
  • Fr. 4‘120 avec un certificat de capacité
  • Fr. 4‘824 avec un examen professionnel

La possibilité pour les employeurs de réduire ces salaires de 8% au début de l’emploi est valable:

  • 12 mois pour le personnel non qualifié au 1er engagement dans une entreprise soumise à la CCNT. Dès le 2e engagement: pendant 3 mois (actuellement 6).
  • 3 mois pour le personnel qualifié au 1er engagement dans une entreprise soumis à la CCNT.

Promotion renforcée de la formation professionnelle et continue

  • Nette augmentation du nombre de participant-e-s. L’objectif est d’atteindre 1% des employé-e-s par an. 
  • Financement assuré. Au besoin, hausse de la contribution aux frais d’exécution et à la formation de 89.- à 96.- Fr./an.

Prolongation du congé paternité

Le congé paternité passe de 3 à 5 jours.

Contrôles améliorés

  • Des contrôles inopinés sont désormais possibles.
  • Conseil et contrôles ciblés pour les nouvelles entreprises
  • Contrôles étendus dans les régions qui respectent moins bien la CCNT
  • Lors de contrôles, obligation pour les employeurs de verser les éventuels arriérés de salaire.

La CCNT s’applique au moins jusqu‘en 2020

La CCNT 2017 est entrée en vigueur le 1er janvier 2017. Elle assure les conditions de travail des travailleuses et des travailleurs de l’hôtellerie-restauration au moins jusqu’à fin 2020.