Unia appelle à une large protestation pour l’égalité salariale le 14 juin

07.04.2011


Les salaires réels des femmes ont en 2010 à peine augmenté (0,4%), ce qui ne permet pas de combler les importantes inégalités salariales entre femmes et hommes dans un délai raisonnable. Unia exige des mesures plus musclées pour que l’égalité salariale inscrite dans la loi se concrétise enfin.


En 2010, selon l’Indice suisse des salaires publié aujourd’hui par l’Office fédéral de la statistique, les salaires réels des femmes ont à peine augmenté (+0,4%), alors que ceux des hommes ont stagné. Une aussi maigre augmentation des salaires des femmes n’est de loin pas suffisante pour combler l’énorme retard qu’ils accusent sur ceux des hommes : l’écart était encore de 19,3% en 2008 (derniers chiffres disponibles). Unia estime que la situation est d’autant plus grave que le retard des salaires des femmes est resté le même depuis 5 ans. Ces indicateurs démontrent qu’à ce rythme, les inégalités salariales vont mettre des décennies à se combler.
 
Cela prouve aussi que le dispositif légal censé garantir l’égalité des salaires ne suffit pas. Il est donc d’autant plus important que des mesures et mécanismes contraignants soient mis en place pour garantir l’application de l’égalité salariale. La politique et l’économie ont échoué en la matière. C’est pourquoi Unia appelle avec d’autres syndicats et organisation féminines à une large mobilisation le 14 juin pour protester contre ce scandale.
 
Unia exige que les entreprises contrôlent systématiquement leurs salaires sous l’angle de l’égalité avec les outils disponibles. Des hausses de salaires spécifiques doivent en outre être accordées aux femmes. Unia juge inadmissible que les entreprises fassent des milliards de profit sur le dos des femmes.
 
L’initiative pour des salaires minimums fait avancer l’égalité salariale
Il est aussi essentiel de revaloriser les salaires dit typiquement féminins. L’initiative pour un salaire minimum légal de 22 francs de l’heure peut apporter un important progrès sur ce plan. Selon les estimations, env. 280 000 femmes verraient leurs salaires augmenter.
 
>> Dossier 14 juin
 
Renseignements
Corinne Schärer, secrétaire à l’égalité d’Unia
Anne Rubin, porte-parole Unia

Auteur : Communication Unia