Egalité salariale: un pas dans la bonne direction

En faveur de l’égalité salariale : la Conseillère fédérale Simonetta Sommaruga (au centre) et Corinne Schärer, membre du Comité directeur d’Unia (à droite)

Le Conseil fédéral a enfin admis l’existence de lacunes dans la réalisation de l’égalité des salaires. Les mesures proposées constituent un pas important dans la direction indiquée depuis longtemps par Unia et par d’autres syndicats: il faut obliger les employeurs à contrôler si les salaires féminins sont discriminatoires, et à les adapter le cas échéant. Mais la proposition actuelle paraît bien timide.

Unia se félicite du projet du Conseil fédéral d’obliger par la loi les employeurs à mener régulièrement des analyses salariales, tout en chargeant des tiers de contrôler que les adaptations requises soient réalisées. D’où la garantie du caractère contraignant de telles mesures et de la transparence souhaitée. Les mesures préconisées ne vont toutefois pas assez loin.

Urgence d’agir

Il n’est pas prévu hélas de rendre obligatoire la correction des discriminations salariales constatées. En outre, il manque une autorité de contrôle dotée de compétences en matière d’investigation et d’intervention, dont les partenaires sociaux feraient partie et qui pourrait imposer l’égalité salariale. Enfin, la Confédération, les cantons et les communes devraient montrer l’exemple.

Unia réclame par conséquent:

  • des contrôles salariaux obligatoires et systématiques dans les entreprises!
  • l’introduction de sanctions efficaces!
  • la tolérance zéro en matière d’égalité salariale!

STOP ! Egalité salariale maintenant ! Manifestation du 7 mars 2015

Après s’être légèrement atténués ces dernières années, les écarts de salaire entre femme et hommes viennent de repartir à la hausse. A salaire égal, les femmes gagnent presque 20% de moins que leurs collègues masculins, soit 677 francs par mois. Ce sont plus de 8000 francs qui manquent chaque année dans le budget familial, ainsi que pour le calcul des rentes à l’âge de la retraite.

Les femmes ne sont pas prêtes à accepter pendant des décennies encore ces inégalités de salaire. Aussi une vaste alliance des femmes appelle-t-elle à une manifestation nationale des femmes, le 7 mars 2015 à Berne!