Journée d’actions pour les femmes : L’égalité salariale maintenant !

En souvenir de la grande grève suisse des femmes du 14 juin 1991, les femmes syndicalistes ont formé un cortège jusqu’à la Chancellerie fédérale le 12 juin de cette année. Elles y ont remis une lettre ouverte surdimensionnée à l’attention du Président de la Confédération, Didier Burkhalter, dans laquelle elles demandaient que l’égalité salariale soit enfin concrétisée.

Voici 33 ans, l’article sur l’égalité entrait dans la Constitution et il y a 18 ans, la Loi fédérale sur l’égalité était adoptée. Il n’est pas pensable que les femmes doivent attendre 50 ans de plus pour voir l’égalité salariale entrer dans les faits. Les femmes ont dû lutter pour obtenir le droit de vote, elles ont dû se battre pour l’assurance maternité et elles poursuivront la lutte de toutes leurs forces afin que leur travail soit payé autant que celui des hommes.

Il faut des contrôles et des sanctions

Les femmes syndicalistes demandent que les revendications de l’assemblée des délégué-e-s de l’Union syndicale suisse (USS) du 23 mai soient réalisées. Ces revendications comprennent trois mesures pour que les entreprises assument enfin leurs responsabilités :

  • des contrôles réguliers des salaires dans les entreprises
  • une autorité nationale collaborant avec les partenaires sociaux et dotée de compétences d’exécution
  • la transparence salariale au sein de l’entreprise et la tolérance zéro en cas de constat de discrimination

Le problème des salaires des femmes demeure non résolu – de la vendeuse à l’employée de banque. C’est pourquoi nous appelons le Conseil fédéral in corpore à s’engager en faveur de salaires équitables et décents, à agir promptement et avec courage.