Egalité des salaires : pas de nouvelle entente contre les femmes !

Barbara Gassmann, Corinne Schärer und Regula Bühlmann

La délégation remet le Manifeste à la Conseillère fédérale Simonetta Sommaruga

En l’espace d’une semaine seulement, 5500 signatures ont été apposées sur le Manifeste qui réclame l’égalité salariale maintenant, et rejette toute considération économique qui s’opposerait à l’article constitutionnel sur l’égalité ainsi que la loi. L’égalité salariale n’est pas une question de conjoncture !

Après la manifestation du 7 mars 2015, qui a réuni plus de 12'000 personnes dans les rues de Berne, une délégation des initiatrices du Manifeste s’est rendue le 9 mars au Palais fédéral.  C’est en main propre qu’elles ont remis le document à la Conseillère fédérale Simonetta Sommaruga.

5'500 signatures en une semaine seulement

Ce grand nombre de signatures, récoltées en une seule semaine, démontre  l’urgence de la question.  Malgré la force du franc et la crise économique qui se prépare, les femmes ne renonceront pas au droit fondamental qu’est l’égalité entre hommes et femmes. C’est ce que préconise le Manifeste en spécifiant « nous nous battons pour l’égalité salariale, maintenant plus que jamais ! »

Une large alliance en faveur de l’égalité des salaires

Tout comme la manifestation du 7 mars, le Manifeste a été élaboré par une large alliance féminine. Cette alliance est composée de représentantes de toutes tendances et de tous milieux. Parmi les personnes présentes le 9 mars:

  • Regula Bühlmann, secrétaire centrale de l’Union syndicale suisse
  • Barbara Gassmann, vice-présidente de l’Association suisse des infirmier-e-s (ASI)
  • Corinne Schärer, membre du Comité directeur d’Unia
  • Yvonne Feri, Conseillère nationale (PS)
  • Maya Graf (Les Verts)
  • Rosemarie Quadranti (Parti bourgeois démocratique)
  • Barbara Schmid-Federer (PDC)