Fin d’UberPop à Zurich, mais pas de l'illégalité chez Uber

L'étau se ressert autour des services illégaux d'Uber.

L'étau se ressert autour des services illégaux d'Uber.

Le service de transport à prix de dumping Uber cessera son offre UberPop à Zurich. Les autorités doivent maintenant veiller à ce qu’Uber se conforme aux lois en vigueur dans toute la Suisse.

Pendant des années, Uber a systématiquement encouragé le transport illégal de personnes. Après l'interdiction d'exercer sans permis professionnel (B121) à Genève, UberPop disparaît à Zurich. Il n’y aura donc plus de courses Uber avec des chauffeuses et chauffeurs sans licence officielle dans la plus grande ville de Suisse.

Malgré cela, Uber veut continuer avec son modèle illégal à Lausanne et à Bâle. Les autorités doivent y mettre fin.

Uber doit assumer ses obligations d’employeur

Il est scandaleux qu’Uber continue d’ignorer ses obligations d’employeur. Le groupe américain bafoue systématiquement les décisions officielles, ne paie pas de cotisations sociales pour ses employé-e-s, ne s’acquitte pas de la TVA. Son modèle de travail encourage l’indépendance fictive.

Si Uber continue à mépriser ses devoirs d’employeur, les autorités doivent intervenir. Unia encourage les chauffeurs et chauffeuses d’Uber à s’organiser syndicalement pour faire valoir leurs droits.