Les employé-e-s du secteur des services défendent leur santé

Le conseiller national Thierry Burkart (PLR, AG) reçoit les messages de protestation adressés au Parlement.

Toujours plus de flexibilité à sens unique: un risque pour la santé!

Avec Unia, une délégation du secteur des services a remis près de 1300 lettres de protestation au Parlement. Les employé-e-s s’opposent ainsi aux atteintes à la loi sur le travail.

Le Parlement discute en ce moment de plusieurs initiatives bourgeoises portant sur la loi sur le travail. Leur adoption aggraverait encore les conditions de travail déjà précaires des employé-e-s.

Améliorer la protection de la santé

Les salarié-e-s sont soumis à une hausse des exigences. Il faut être toujours plus performant. La souffrance au travail est une réalité.

Plutôt qu’affaiblie, la loi sur le travail doit être renforcée,:

  • C’est le meilleur instrument de lutte contre le stress, l’épuisement professionnel et le burn-out. Des horaires de travail réglés et la saisie du temps de travail sont les armes les plus efficaces pour protéger la santé des salarié-e-s.
  • Des durées de travail excessives et des horaires difficilement planifiables ne permettent pas de concilier vie professionnelle et vie privée.
  • Face à la numérisation et à ses nouvelles formes d'occupation, poser des règles claires est le seul moyen de garantir des modèles de travail respectueux de la sphère privée et de la santé. Le droit à la déconnexion doit être garanti.