L’alliance exige un fonds de transition pour les employé-e-s précaires

Les employé-e-s domestiques doivent également être protégés.

Unia et une vingtaine d’organisations demandent à la Confédération et aux cantons de mettre à disposition les moyens nécessaires pour créer un fonds de transition Covid-19. Il vise à garantir une protection sociale et économique aux groupes de personnes qui ne peuvent pas bénéficier des mesures de soutien actuelles.

La crise du coronavirus affecte l’ensemble de la société, mais touche plus durement les employé-e-s précaires: les employé-e-s de maison, les accompagnant-e-s dans les ménages privés, les sans-papiers, les faux indépendants ou les employé-e-s licenciés sans indemnités de chômage ne peuvent pas bénéficier des mesures de soutien actuelles décidées par la Confédération. Même dans des conditions normales, ils vivent souvent à la limite du minimum vital. Actuellement, ils ne peuvent pas prétendre aux indemnités de chômage ni aux allocations pour perte de gain (APG).

Les problèmes des groupes de personnes touchées sont multiples:

Lacunes au niveau du chômage partiel

Les bas salaires, des conditions d’engagement précaires, l’absence d’assurances sociales ou une couverture insuffisante font partie du quotidien de nombreux employé e s domestiques. Pendant la crise du coronavirus, beaucoup ont perdu leur revenu du jour au lendemain, sans possibilité de demander le chômage partiel. Les accompagnant-e-s dans les ménages privés ne peuvent souvent plus continuer à travailler. Bien qu’ils aient droit au salaire, il leur est difficile, voire impossible de l’exiger. Et ils n’ont pas non droit au chômage partiel.

Pas de possibilité de bénéficier des indemnités de chômage ou de l’aide sociale

La plupart des sans-papiers ont perdu leur travail et donc leurs moyens de subsistance à cause de la crise du coronavirus. Sans statut de séjour régulier, ils n’ont pas droit aux indemnités de chômage ni à l’aide sociale. Les personnes seules sont concernées, mais aussi les familles avec enfants.

Diminutions de revenu et licenciements

Les faux indépendants auxquels l’employeur ne reconnaît pas le statut d’employé-e-s et qui travaillent comme coursiers et coursières, chauffeurs et chauffeuses de taxi ou travailleurs numériques («clickworkers») dans l’économie de plateforme ainsi que beaucoup d’acteurs culturels et de travailleurs et travailleuses du sexe subissent aussi des pertes de revenu considérables. Les employeurs licencient souvent les employé e s qui ont des contrats (en chaîne) de durée déterminée, au lieu de faire appel au chômage partiel.

Soutenu par une vingtaine d’organisations, Unia demande à la Confédération et aux cantons de mettre à disposition les ressources nécessaires pour créer un fonds de transition Covid 19. Il vise à garantir une protection sociale et économique aux groupes de personnes mentionnés.


Organisations de soutien:

  • AVIVO Suisse
  • CFD
  • INES
  • Médecins du monde Suisse
  • Mouvement Chrétien pour la Paix
  • Plateforme nationale pour les sans-papiers
  • Prointegra.ch
  • ProKore
  • Fédération EMMAÜS Suisse
  • FemWiss
  • Œuvre suisse d’entraide ouvrière OSEO
  • Réseau des indépendants suisses
  • SBAA
  • SEV
  • Solidar Suisse
  • Solidarité sans frontières
  • Solifonds
  • Syndicom
  • Terre des femmes Suisse
  • Terre des hommes Suisse
  • SSP
  • Unia