Non à ECOPOP et à une politique migratoire discriminatoire

L'assemblée des délégués du syndicat Unia refuse les propositions formulées par le Conseil fédéral en vue de la mise en œuvre de l'initiative contre l'immigration de masse. Pâle imitation de l'ancien système discriminatoire de contingents, ces mesures précariseraient les conditions d'emploi, aggraveraient les pressions salariales et menaceraient les relations bilatérales avec l'UE. L'assemblée a également décidé à l'unanimité de combattre activement l'initiative ECOPOP.

L'assemblée des délégués du plus grand syndicat de Suisse, organisée aujourd'hui à Berne, était placée sous le signe de la politique migratoire. En lieu et place de nouveaux statuts discriminatoires et de contingents pour les migrant-e-s, elle appelle de ses vœux une protection accrue des conditions de travail. Les propositions du Conseil fédéral pour la mise en œuvre de l'initiative contre l'immigration de masse ont été vivement critiquées. Elles sont discriminatoires, feraient exploser le nombre d'emplois précaires de durée inférieure à quatre mois et faiblement protégés sur le plan juridique. Expérience à l'appui, de tels emplois présentent un risque très élevé de dumping salarial, ce qui renforcerait les pressions salariales sur l'ensemble de la main-d'œuvre en Suisse. La proposition du Conseil fédéral remet en question les relations bilatérales avec l'UE.
 
Les délégué-e-s d'Unia ont souligné leur détermination à lutter de toutes leurs forces contre l'introduction de régimes d'admission et de statuts de séjour discriminatoires pour les personnes migrantes. Unia s'engage pour une Suisse ouverte, en bons termes avec l'UE, et pour la libre circulation des personnes (LCP), précieux droit fondamental des travailleuses et travailleurs. Or la LCP ne fonctionne qu'à condition de garantir le respect du principe «un salaire égal pour un travail égal effectué au même endroit». D'où la nécessité de renforcer les mesures d'accompagnement en place.
 
Campagne active contre ECOPOP

L'assemblée des délégués a refusé à l'unanimité l'initiative ECOPOP. Cette initiative clairement xénophobe et discriminatoire fait des personnes migrantes un bouc émissaire. Elle encouragerait le travail au noir et les rapports de travail précaires, sachant que les autorisations de séjour de courte durée échapperaient aux limitations rigides de l'immigration. En outre, l'initiative ECOPOP aboutirait à une rupture avec l'UE et les accords bilatéraux, situation lourde de conséquences pour l'emploi et la place économique suisse.

Les délégué-e-s ont chargé le syndicat de combattre activement l'initiative ECOPOP. Elle le fera notamment dans le cadre de l'Alliance pour une Suisse ouverte et solidaire, dont font partie les forces progressistes de ce pays.