Convention nationale de la construction et retraite à 60 ans

Journée de protestation dans toute la Suisse: Tout se joue cette année dans la construction

La Convention nationale (CN) règle les salaires et les conditions de travail pour plus de 80 000 travailleurs. Cette convention expire fin 2018. Les travailleurs de la construction luttent pour une meilleure CN, pour défendre la retraite à 60 ans, et pour une augmentation de salaire décente de 150 francs attendue depuis longtemps! Dès mi-octobre, il y aura des actions de protestation dans toute la Suisse.

Videos, photos et infos

La pression de 18 000 maçons a fait de l’effet!

Pendant des mois, les patrons avaient refusé de négocier la garantie de la retraite à 60 ans. Mais c’était compter sans les maçons. Le 23 juin à Zurich, 18 000 travailleurs de la construction de toute la Suisse ont manifesté. Ils ont clairement fait savoir qu’ils sont prêts à se battre pour leur retraite, contre le dumping salarial et contre les journées de travail interminables qui ruinent leur santé.

Impressions de la manif

Pas de travail illimité!

Après cette manifestation, les patrons ont retiré leurs exigences radicales de démantèlement de la retraite anticipée. Mais dans le même temps, ils tentent un chantage: pour un accord, ils veulent l'abolition de facto des règles du temps de travail. Ils sont donc prêts à mettre en danger la santé et la vie des travailleurs. Leurs exigences:

  • Une disponibilité 24 heures sur 24
  • Des journées de travail de 12 heures
  • 300 heures supplémentaires gratuites

Ils veulent également détériorer massivement d’autres conditions de travail:

  • En imposant le travail même en cas de danger, et en supprimant la protection minimale en cas d’intempéries.
  • En réduisant les salaires: les maçons devraient perdre leur catégorie salariale lors de changement de poste. Les maçons âgés seraient les premiers concernés.
  • En levant l’obligation de salaires minimums pour les entreprises étrangères, ce qui revient à ouvrir la porte grande ouverte à la sous-enchère salariale.

La santé et la vie des travailleurs de la construction ne sont pas à vendre!

Pour les maçons, il est clair qu’une hausse des salaires et la retraite à 60 ans ne leur serviront à rien si la prolongation des journées de travail les rend malades ou s’ils sont victimes d’un accident grave au travail. La santé et la vie des travailleurs de la construction ne sont pas à vendre!

La patience des maçons est à bout : journées de protestation dès mi-octobre

Après des mois de refus des patrons de négocier, et maintenant leur chantage et leur exigences irresponsables, les maçons en ont assez. Le vote de grève menés par Unia sur les chantiers auprès de 20 000 maçons dans toute la Suisse sont clair: 93,1 % d'entre eux sont prêts à la grève si les patrons refusent des solutions tenables. Dès mi-octobre, il y aura des journées de protestation dans toute la Suisse.

Luttons pour les droits des maçons et leur dignité!