La loi sur le travail doit s’appliquer aux personnes chargées de l’aide à domicile!

Plus de 60 participant-e-s de toute la Suisse ont pris part aujourd’hui à la conférence de branche nationale Unia des soins et de l’accompagnement. Les personnes présentes demandent que les employé-e-s occupés dans les ménages privés soient protégés par la loi sur le travail, et que des mesures efficaces soient prises contre les plateformes de placement abusives.

Plus de 60 personnes de la branche des soins et de l’accompagnement ont discuté aujourd’hui à la conférence de branche d’Unia des conditions de travail des personnes chargées de l’assistance aux personnes âgées dans les ménages.

Le travail de soin et d’accompagnement à domicile est trop peu reconnu

Les salarié-e-s chargés de l’aide aux aîné-e-s 24 heures sur 24 offrent aux personnes âgées la possibilité d’être soignées dignement. Ils/elles leur permettent de continuer à vivre dans leur environnement habituel au lieu d’être douloureusement séparées de leur entourage. Un bon travail de prise en charge a une valeur inestimable, mais il est encore souvent trop peu reconnu.

Les contrats-types de travail ne suffisent pas

Le Conseil fédéral a décidé en juin de l’année dernière de réglementer ce secteur qui emploie entre 10 000 et plus de 30 000 personnes par le biais de contrats-types de travail (CTT). A cet effet, il a donné le mandat aux cantons d’élaborer un modèle. Selon les délégué-e-s de la branche des soins et de l’accompagnement du syndicat Unia, réuni-e-s aujourd’hui en assemblée, cela est totalement insuffisant. Avec le modèle CTT, les cantons ne sont pas tenus de véritablement mettre en œuvre les dispositions proposées par la Confédération. En outre, un contrat de travail personnel peut déroger aux dispositions.

Assujettir l’aide dans les ménages privés à la loi sur le travail

Les délégué-e-s d’Unia de la branche des soins et de l’accompagnement demandent  que l’aideà domicile soit assujettie à la loi sur le travail, car:

  • L’assistance 24 heures sur 24 aux personnes âgées ou invalides est une activité professionnelle comme une autre. Les employé-e-s ont droit à la même protection que les autres salarié-e-s.
  • Il est inacceptable que le travail dans ce secteur typiquement féminin se fasse au détriment des femmes et notamment des migrantes. C’est une fois de plus une discrimination inacceptable fondée sur le sexe. Si, par ailleurs, la protection de ces femmes ne repose que sur un contrat type (CTT) cantonal, la Suisse ne respecte pas ses obligations internationales en vertu de la convention 189 de l’OIT « Un travail décent pour les travailleuses et travailleurs domestiques » qui a été ratifiée par la Suisse.
  • Les entreprises malhonnêtes profitent de ce vide juridique pour exploiter les employé-e-s et maximiser leurs profits.

C’est pourquoi les délégué-e-s appellent le Conseil national et le Conseil des Etats à soutenir toutes les interventions politiques visant à assujettir le travail d’assistance dans les ménages privés à la loi sur le travail !  Ils/elles demandent en outre à la Confédération de déployer les moyens nécessaires pour lutter efficacement contre les plateformes de placement abusives.