Électricité

Jeune homme avec une perceuse et de nombreux câbles

Les négociations de la nouvelle convention collective de travail (CCT) de l’installation électrique et des télécommunications ont débuté en janvier 2018.  Le syndicat Unia y prendra part pour défendre avec force les revendications et les intérêts de tous les électricien-ne-s.

Vers la campagne électricité 2018

En avant pour une meilleure CCT!

Les électros méritent une amélioration de leurs conditions de travail. Signe la pétition pour donner du poids à nos revendications.

Signe la pétition!

Installations électriques et de télécommunications: une CCT importante

En Suisse, quelque 17 000 électricien-ne-s sont soumis à la convention collective nationale de l’installation électrique et de la télécommunication. Elle s’applique à l’ensemble des entreprises et des salarié-e-s de la branche à l’exception des cantons de Genève et du Valais qui ont des conventions locales.

Un métier incontournable

Les installateurs et installatrices ainsi que les monteurs et monteuses électricien-ne-s exercent un métier d’une importance centrale pour le bon fonctionnement de notre société. Ils garantissent l’acheminement du courant électrique nécessaire pour la sécurité et le confort de vie de la population. Sans eux, rien ne fonctionnerait.

Conditions de travail à la traîne

Pourtant, malgré l’importance de cette profession, les conditions de travail laissent à désirer sur de nombreux points. La comparaison avec le secteur principal de la construction est édifiante: dans la branche électrique, les salaires sont jusqu’à 600 francs plus bas à qualification égale, les indemnités de repas de 12 francs contre 18 francs pour les maçons, la retraite arrive jusqu’à 5 ans plus tard. C’est pourquoi les électriciens veulent une revalorisation de leur métier. Le renouvellement de la convention collective en 2018 permettra de discuter des points les plus urgents à améliorer. Les priorités seront définies à l’aide d’un sondage national sur les conditions de travail, les délégué-e-s de toutes les régions auront le dernier mot.