Pour une sortie de crise solidaire

Nous sommes toujours en pleine crise du coronavirus. La revalorisation des professions à bas salaires, la solidarité sociale, la participation des salariés aux décisions et un plan de relance économique efficace dans le sens d’une reconversion éco-sociale : voilà ce dont nous avons besoin maintenant si nous voulons surmonter cette crise.

La crise du Covid-19 le montre clairement: seule la sécurité sociale nous rend forts, seule la solidarité au sein de la société nous fait avancer. Elles sont une nécessité absolue. Nous demandons:

  • Préserver les emplois et le pouvoir d’achat: la Confédération garantit 60 milliards de francs d’aide de l’Etat aux entreprises afin qu’elles puissent sauvegarder les emplois et continuer à payer les salaires. Mais alors que le versement de dividendes se poursuit, les chiffres du chômage augmentent et plus d’un million d’employé-e-s subissent des pertes de revenu. Cela ne va pas. Pas de licenciements liés au coronavirus et le versement du salaire à 100 pour cent en cas de chômage partiel jusqu’à un salaire net de 5000 francs.
  • Renforcer les droits des salarié-e-s: des conventions collectives de travail (CCT) sont nécessaires partout, avec de bons salaires minimums et des hausses générales de salaire régulières, notamment pour les emplois essentiels en première ligne, actuellement très applaudis, dans la vente, les soins et la logistique. Une détérioration de la loi sur le travail ou toute autre déréglementation n’entrent pas en ligne de compte, car le renoncement au salaire ou des conditions de travail et horaires précaires nuisent à tout le monde.
  • Eviter la détresse sociale: trop de personnes passent encore à travers le filet de sécurité. Pour celles et ceux qui ne peuvent pas bénéficier des prestations de l’assurance chômage ni des allocations pour perte de gain, le Conseil fédéral doit immédiatement créer un fonds de transition national Covid-19.

La protection de la santé au travail concerne tout le monde

En matière de santé publique, la crise n’est pas terminée. Une stratégie efficace se concentrant sur la santé, le travail et la vie sociale des gens doit être mise en œuvre. Cela nécessite des concepts de protection et des mesures de contrôle efficaces dans le monde du travail. Pour des solutions durables, les salarié-e-s doivent également avoir leur mot à dire en ce qui concerne la protection de la santé. Les syndicats doivent également être impliqués dans ces discussions.

Plus de respect: revalorisation des branches essentielles

La crise du Covid-19 montre à quel point la société dépend de centaines de milliers de personnes exerçant des professions de service mal rémunérées, que cela soit dans les soins, la vente, la logistique ou le nettoyage. Il est maintenant temps de tirer les bonnes conclusions : Unia demande la revalorisation de ces professions dites «essentielles», dans lesquelles travaillent surtout des femmes, avec des conventions collectives de travail contraignantes, des conditions de travail décentes et des salaires permettant de vivre.

Plus de solidarité: les salarié-e-s ne doivent pas payer cette crise

Alors que les marchés boursiers sont inondés d'argent gratuit, les plus faibles socialement doivent supporter le principal fardeau de la crise du coronavirus. En Suisse, plus d'un million de salarié-e-s doivent accepter de douloureuses pertes de revenus en raison de la réduction de l’horaire de travail. Le chômage augmente massivement. Les personnes employées de façon précaire ou les sans-papiers n’ont droit à rien. Unia exige une compensation à 100 % de la perte de salaire due au chômage partiel pour les bas revenus, l'interdiction de licencier pour les entreprises utilisant des fonds publics et un fonds de transition Covid-19 pour les salarié-e-s employés à des conditions précaires qui échappent aux protections déjà existantes.

Pour une sortie de crise solidaire: reconversion éco-sociale maintenant!

Les politiques néolibérales rendent nombreuses personnes pauvres et vulnérables, ont aggravé les fractures sociales et ont détruit l'environnement. Nous ne pouvons tout simplement pas nous permettre de continuer dans cette direction. Nous avons besoin d'un changement politique fondamental.

Chaque franc de solidarité pour les personnes socialement défavorisées, chaque augmentation de salaire et chaque expansion des systèmes de sécurité sociale renforce le pouvoir d'achat et aide à surmonter la récession. Il faut investir dans un plan de relance éco-social dans les domaines de l'efficacité énergétique, des énergies renouvelables, des infrastructures publiques et de l'éducation. Cela nous permettra de créer des emplois écologiquement et socialement durables et, parallèlement à une réduction du temps de travail avec compensation intégrale des salaires, de garantir un bon travail pour toutes et tous.

«Solidarité, plus que jamais!»

Livestream du 1er mai: la manifestation numérique et une discussion par Zoom avec le titre: «Crise du coronavirus: quelles réponses de la gauche?»