Dimanche

Unia défend l’interdiction d’ouvrir les magasins le dimanche afin de garantir une journée de repos aux vendeurs et vendeuses. Cela permet à tout un chacun de notamment pouvoir partager des activités familiales, sociales ou sportives.

Des attaques concertées contre le dimanche

Alors que les salarié-e-s de la vente travaillent déjà 6 jours sur 7 pour des salaires modestes, certains veulent encore contraindre ces salarié-e-s à travailler le dimanche, au mépris de leur santé et de leur vie extraprofessionnelle. Des parlementaires veulent introduire de nouvelles exceptions tantôt pour relancer l’économie, doper le tourisme ou répondre à de prétendus nouveaux besoins.

Pour de bonnes conditions de travail, contre la course aux profits

C’est grâce aux syndicats que des jours de repos et des vacances payées existent. Or, aujourd’hui, on voudrait faire travailler les employé-e-s sept jours par semaine dans des secteurs où ce n’est pas absolument nécessaire, et les soumettre ainsi au seul appétit de profit des propriétaires de chaînes et de magasins. Ce n’est pas acceptable!

Adhérer au syndicat, c’est protéger le dimanche

Les congés payés et les jours de repos sont des acquis du mouvement syndical. Il n’est pas acceptable de soumettre l’humain à la recherche de profit en l’obligeant de travailler 7 jours sur 7 dans des secteurs où cela n’est pas indispensable. L’ouverture dominicale ne fait que diluer la consommation sur 7 jours plutôt que 6. En adhérant à Unia, vous défendez un jour de repos commun au plus grand nombre de salarié-e-s.

Une alliance pour la protection du dimanche

Face à ces attaques, des syndicats, des médecins du travail, des Eglises, des ONG et des partis ont créé l’Alliance pour le dimanche.

Plus d'information sur www.alliance-dimanche.ch