Villes et cantons

En Suisse, les cantons et les communes sont responsables de légiférer sur les heures d’ouverture des magasins. Unia s’engage dans les régions à protéger les salarié-e-s et la population contre une déréglementation de ces horaires.

Un soutien populaire indéfectible

La tendance à l’extension des horaires n’existe pas que sur le plan fédéral. Dans les cantons, Unia a lancé ou participé à de nombreux référendums contre des extensions injustifiées des horaires en semaine ou le dimanche. Le peuple s’est prononcé contre des horaires étendus dans les ¾ des cas, ce qui prouve que l’extension des horaires ne correspond pas à un réel besoin de la population, mais à une stratégie des grands distributeurs.

Lois sur les heures d’ouverture

Vert: Horaires étendus (pas de loi ou loi libérale)
Jaune: Horaires moyens (max. 20h du LU-VE et max.18h le samedi)
Rouge: Horaires standards (max. 19h du LU-VE et max. 18h le samedi)

Des alliances avec les petits commerces

Les propriétaires des petits et moyens commerces n’ont rien à gagner d’une extension d’horaire. Une enquête menée à Bâle a permis de voir que 60% des personnes possédant un commerce ne voulaient pas de dimanches ouvrables supplémentaires. Dans la vieille ville de Berne, 75% des commerçants refusent d’ouvrir plus longtemps. Les petits commerces n’arrivent pas à couvrir des amplitudes horaires étendues. Comme le montre toutes les études, les extensions d’horaires ont pour seul effet assuré de favoriser les grandes chaînes au détriment des petits commerces.

Maintenir la pression des cantons

Le Parlement fédéral a refusé la loi sur l’extension des heures d’ouverture des magasins. Ce qui signifie qu’il est nécessaire de lutter contre d’autres velléités cantonales de flexibiliser les heures de travail. Unia  poursuit son soutien indéfectible aux salarié-e-s de la vente contre les longues journées de travail et contre toute extension d’horaires. Aidez-nous à défendre la branche du commerce de détail et son personnel.

Tour d'horizon

  • Le 7  mars 2021, le canton de Berne refusait à 53,9% l'extension des ventes dominicales de 2 à 4 jours.
  • Le même jour, le canton de Zoug a rejeté à une nette majorité de 65,24% l'extension des heures d'ouverture des magasins d'une heure (de 19h à 20h en semaine et de 17h à 18h le samedi).
  • Le 25 novembre 2018, les bâlois ont dit non à 60% au projet d’extension des heures d’ouverture des magasins à Bâle-Ville.
  • Le 30 juin 2019, c’est au tour du canton de Fribourg de refuser clairement une extension des horaires d’ouverture le samedi. 54.6% des fribourgeois-es ont rejeté un projet de prolongation des horaires d’ouverture des magasins de 16h à 17h le samedi. C’est la quatrième fois qu’une telle proposition venant des grands distributeurs est balayée.
  • Le 22 septembre 2019, la population de Nyon (VD) a refusé une extension des horaires d'ouverture le samedi par 52,3% des voix.