Le projet du Conseil fédéral mène à une péjoration des conditions de travail

Unia refuse le projet de mise en œuvre de l’initiative contre l’immigration de masse.

Unia refuse le projet de mise en œuvre de l’initiative contre l’immigration de masse. Celle-ci péjore les conditions de travail et attise la xénophobie. Unia est convaincu qu’il n’y a pas d’alternative à une relation dûment réglée avec l’Union européenne. Il continue dès lors de soutenir la libre circulation des personnes à condition que des salaires suisses soient versés en Suisse.

Pour ce faire, un renforcement clair des mesures de lutte contre le dumping salarial et social, ainsi qu’une protection contre les licenciements sont indispensables. La protection des conditions de travail valables en Suisse passe par une augmentation des contrôles et le renforcement des sanctions en cas de dumping salarial.

Renforcer la protection des conditions de travail

Des instruments adéquats doivent être introduits, notamment la possibilité de suspendre les travaux en cas de soupçons de sous-enchère salariale et le renforcement de la protection contre les licenciements. Le syndicat Unia s’opposera fermement à toutes tentatives qui viseraient à affaiblir les moyens de protection.

Non aux contingents discriminatoires

La discussion menée actuellement par le Conseil fédéral à propos des contingents et de la préférence nationale discrimine les salarié-e-s sans passeport suisse. Elle les rend faussement responsables des problèmes sur le marché du travail et conduit à un accroissement de la xénophobie. Sans l’apport croissant des salarié-e-s sans passeport suisse, la Suisse n’aurait jamais pu jouir du développement économique qu’elle a atteint ces dernières années.