Salaire minimum neuchâtelois

Le premier salaire minimum cantonal de Suisse

Depuis le 4 août 2017, le premier salaire minimum cantonal de Suisse est en vigueur à Neuchâtel. Le Tribunal fédéral l’a confirmé définitivement, contre la résistance des employeurs. La loi prescrit que ce salaire soit de 20 francs l’heure. Ce montant peut varier légèrement selon l’inflation.

Une amélioration pour 2‘700 personnes

En 2017, le salaire minimum neuchâtelois est de 19.70 francs par heure (à cause du renchérissement négatif). S’y ajoutent des suppléments pour vacances et jours fériés. Pour une semaine de travail de 42 heures et en comptant le 13e salaire, cela correspond à un revenu mensuel de 3‘300 francs.

Près de 2‘700 personnes qui gagnaient mois que cela bénéficient désormais du nouveau salaire minimum. Parmi elles: 1‘700 femmes.

Quiconque travaille à plein temps doit pouvoir vivre correctement de son salaire. Le salaire minimum neuchâtelois correspond au niveau des prestations complémentaires à l’AVS/AI (PC). Il est plus haut que l’aide sociale. Il se base sur ce qui est nécessaire à une personne adulte pour vivre au-dessus du seuil de pauvreté.

Le Tribunal fédéral en faveur des salaires minimums cantonaux

Après une campagne intense des syndicats, les électeurs neuchâtelois ont voté en novembre 2011 pour un salaire minimum cantonal de 20 francs l’heure. Mais des oppositions de plusieurs associations patronales ont empêché son entrée en vigueur rapide. Au final, c’est la plus haute cour de justice suisse qui a tranché, en décidant que le salaire minimum est un instrument de lutte contre la pauvreté (spécialement celle des «working poors») et ne constitue pas une atteinte à la liberté économique.

Permanences d’Unia sur le salaire minimum

Ce nouveau salaire minimum doit maintenant être appliqué et respecté. Pour cela, il faut des contrôles. Le syndicat Unia demande au parlement neuchâtelois que l’administration disposent de moyens suffisants pour les réaliser.

Votre salaire est-il correct? Unia Neuchâtel propose des permanences gratuite à tou-te-s les employé-e-s, durant lesquelles vous pouvez faire vérifier que votre salaire respecte le minimum légal.