Ecarts salariaux 2017: au profit de 38 hommes et une femme

Écarts de salaire

L’écart salarial a légèrement reculé en 2017, mais reste à un niveau élevé : 1:143 (1:164 en 2016). A l’exception de Jasmin Staiblin, les salaires de managers vont aux hommes avec en tête le patron d’UBS Sergio Ermotti. Cinq ans après l’initiative contre les rémunérations abusives, très peu a changé.

Unia a examiné l’écart salarial entre les salaires les plus élevés et les plus bas dans 39 des plus grandes entreprises. L’écart s’est réduit de 14%, mais s’élève encore à 1:143 (1:164 l’année précédente). Le CEO d’UBS Sergio Ermotti arrive encore une fois en tête de liste des profiteurs. Il a même gagné 3,6% de plus que l’année précédente, empochant un salaire brut de 14 202 000 francs.

Où sont les femmes?

Parmi ces grandes entreprises, on cherche vainement des femmes en position de CEO. Seule la patronne d’Alpiq Jasmin Staiblin fait exception. Avec un revenu de près de 2 millions de francs, elle se place cependant au dernier tiers du classement. C’est symptomatique de la sous-représentation des femmes dans des positions de manager. C’est aussi l’une des raisons pour lesquelles les femmes gagnent globalement toujours 18,1% de moins que les hommes.

De l’argent qui pourrait être mieux utilisé

En moyenne, les salaires des managers restent élevés.L’initiative contre les rémunérations abusives, acceptée en 2013 par le peuple suisse, n’y a rien changé. Alors que les bénéfices des entreprises examinées ont reculé de 24%, les rémunérations des CEO n’ont diminué en moyenne que de 3,4%.

Les 39 CEO ont perçu au total 172 millions de francs. Si l’on tient compte des autres rémunérations, cela représente une somme de près d’un milliard de francs. A titre de comparaison : un milliard de francs permet de financer les besoins de 100 000 bénéficiaires de l’aide sociale.

Etude annuelle d’Unia

Unia publie chaque année une étude sur l’évolution de l’écart salarial en Suisse. Les salaires de 39 grandes entreprises suisses sont examinés sous la loupe et le salaire le plus élevé (en général celui du CEO) est comparé avec le salaire le plus bas dans la même entreprise.