Les employé-e-s tessinois de stations-service exigent le même salaire minimum qu’ailleurs en Suisse

Distribution de tracts devant le Palais fédéral par une délégation d'employé-e-s de shops de stations-service avec Unia.

Une délégation d'employé-e-s de shops de stations-service a rencontré les membres tessinois du Parlement. Ils/elles veulent pour que le salaire minimum fixé dans la convention collective de travail (CCT) s'applique aussi au Tessin.

En novembre 2015, syndicats et organisations patronales ont signé une CCT pour les magasins de stations-service. Le Conseil fédéral l’a déclarée de force obligatoire pour l'ensemble de la Suisse. Mais avec une exception concernant le salaire minimum dans le canton du Tessin: les employé-e-s tessinois n’en bénéficient pas, alors même qu’ils/elles sont particulièrement touchés par le dumping salarial.

Pétition pour un salaire minimum correct

Depuis quelques semaines, les employé-e-s tessinois récoltent des signatures dans les shops de stations-service avec Unia pour une pétition en vue d’un salaire minimum au Tessin aussi.

Les employé-e-s font pression au Parlement

Avec Unia, Hier, une délégation d'employé-e-s de stations-service a distribué des dépliants devant le Parlement fédéral pour sensibiliser les politicien-ne-s à cette question. La délégation a ensuite rencontré des parlementaires tessinois pour discuter des solutions possibles.

Pour la présidente d’Unia Vania Alleva, cette inégalité de traitement au Tessin est un dangereux précédent qui ne doit pas se reproduire.