Les journées de protestation dans la construction continuent: manifestation de près de 2500 maçons à Genève

Deuxième journée de protestation dans la construction: près de 2500 travailleurs de la construction ont cessé le travail à Genève. Ils protestent contre les exigences irresponsables de la Société suisse des entrepreneurs (SSE). Lors d'une assemblée générale, les maçons ont décidé de poursuivre leur protestation le lendemain.

Les ouvriers genevois de la construction luttent contre les attaques de la SSE contre leur santé et leur dignité, contre le dumping salarial et pour la retraite à 60 ans. Au petit matin, ils se sont rassemblés sur la place des Vingt-Deux-Cantons. Ils ont ensuite pris le petit déjeuner sur le Pont du Mt Blanc en écoutant les nombreux messages de soutien de syndicats d’autres branches et de partis politiques.

Des exigences inacceptables de la SSE

Lors d'une conférence de presse au milieu du Pont, José Sebastiao, responsable de la construction à Unia Genève, a expliqué que «les entrepreneurs essaient de faire chanter les ouvriers du bâtiment avec des exigences inacceptables. Ils sont maintenant prêts à laisser tomber le salaire minimum.»

Il faut une fin au dumping salarial

La dernière proposition de la SSE revient à laisser les entreprises étrangères faire travailler des "stagiaires" sans salaire minimum. «Cela ouvre la porte au dumping salarial et constitue un désastre pour toutes les entreprises de construction suisses», a déclaré José Sebastiao.

Contre le travail temporaire excessif

Les syndicats appellent à une réduction du travail temporaire. Il est cause des pertes de salaire et d’insécurité, en particulier pour les travailleurs âgés. A Genève, il n’est pas rare que des chantiers comptent plus de 70 pour cent d’employés temporaires.

La santé des travailleurs de la construction n'est pas à vendre

Les syndicats exigent également une limitation des journées de travail déjà trop longues aujourd’hui. Il s’agit de protéger la santé des travailleurs de la construction. Les syndicats demandent à la SSE de revenir à la table des négociations et de se montrer enfin prête à des solutions qui tiennent la route.

La protestation se poursuit demain à Genève

Lors d'une réunion dans l'après-midi, les travailleurs de la construction ont décidé de prolonger leur protestation au moins jusqu'au lendemain. «Cela montre l'importance de la Convention nationale et de la retraite à 60 ans dans la construction», a commenté Alessandro Pelizzari, secrétaire régional d’Unia Genève.