Quelles sont vos priorités?

De meilleures conditions de travail grâce à la CCN

La convention collective nationale de la coiffure (CCN) règle les conditions de travail du personnel employé dans tous les salons de coiffure de Suisse.

Signataire de la CCN, Unia a déjà obtenu beaucoup d'améliorations. Par exemple:

  • le salaire minimum pour le personnel non qualifié,
  • la reconnaissance de l'expérience professionnelle en Suisse mais aussi à l'étranger pour le salaire minimum,
  • une semaine de vacances supplémentaire après 5 ans de service.

Améliorons ensemble les conditions de travail des coiffeuses et des coiffeurs!

En vue du renouvellement de la CCN, Unia mène un sondage sur les préoccupations principales des coiffeuses et coiffeurs, afin d'améliorer leurs conditions de travail. Nous avons identifié plusieurs revendications à considérer:

Maintenant, c'est à vous de jouer: qu'est-ce qui compte le plus pour vous?

Ensemble, nous pouvons améliorer les conditions de travail des coiffeuses et coiffeurs! Participez au sondage avant le 31 août 2021. Votre donnez ainsi votre avis pour améliorer la CCN dans les prochaines négociations avec l'association patronale CoiffureSuisse.

2021 Coiffure revendications

Votre avis nous intéresse!
Vos données sont traitées de manière strictement confidentielles.

Plus d'informations sur les revendications

  • Un 13e salaire: les coiffeuses et les coiffeurs devraientt le recevoir, comme dans la plupart des autres branches.
  • Des salaires minimums plus élevés, d'au moins 4000 francs x13 pour toutes les catégories: les salaires minimums sont faibles par rapport aux autres secteurs et ne dépassent toujours pas ce montant.
  • Un salaire minimum pour les apprenti-e-s: pour eux, jusqu'à présent, il n'existe que des salaires de référence non contraignants. Il faut en introduire un, fixé dans la CCN et supérieur aux salaires de référence.
  • Aucune réduction de salaire après l'apprentissage: le personnel sortant d’apprentissage devrait avoir droit au salaire complet pendant les deux premières années, qu'ils atteignent ou non les 9500 francs de chiffre d’affaire.
  • La semaine de 40 heures: aujourd'hui, le personnel doit travailler 43 heures par semaine. Un travail physiquement exigeant mérite une semaine de travail plus courte sans perte de salaire.
  • 16 semaines de congé maternité et 3 semaines de congé paternité payées à 100%: 14 semaines de congé maternité ne sont pas suffisantes. Nous en demandons 16, plus un congé paternité de 3 semaines.
  • 12 samedis de congé par an et au minimum 2x2 jours de congé consécutifs par mois: les samedis libres ainsi que les jours de congé consécutifs sont particulièrement importants pour les familles, pour le maintien des contacts sociaux et pour les loisirs.