Commerce de gros

Unia défend les intérêts des 200 000 salarié-e-s du commerce de gros. Le syndicat est implanté dans les centrales de distribution de diverses grandes entreprises. Les frontières entre commerce de gros et commerce de détail sont certes floues. Mais Unia se bat pour améliorer les conditions de travail du secteur.

Productivité élevée

Le commerce de gros, qui occupe plus de 200 000 personnes, est méconnu du grand public. Il se caractérise par une productivité élevée (chiffre d’affaires par collaborateur/trice). La valeur ajoutée brute s’y élève à 55,4 milliards de francs.

Des frontières floues

Le commerce de gros fournit ou procure des prestations de service à d’autres secteurs économiques: commerce de détail, industrie, arts et métiers. Aujourd’hui, ses frontières avec le commerce de détail sont toujours plus perméables. Le commerce de gros s’occupe de légumes, céréales et denrées alimentaires, mais aussi de produits cosmétiques et pharmaceutiques. Il distribue également des ordinateurs et de l’électronique, des ouvrages en métaux et des matières plastiques.

Activités variées

Outre ses activités commerciales, le commerce de gros est actif dans la logistique, le conseil, l’achat et la vente ainsi que le transport. Les métiers y vont de conseiller à la clientèle à logisticienne, en passant par les employé-e-s de commerce. 37% de la main-d’œuvre est féminine et 63% masculine.
Unia défend les intérêts de la main-d’œuvre du commerce de gros. Le syndicat est actif dans les centrales de distribution de diverses grandes entreprises.