Industrie chimique et pharmaceutique

L’industrie chimique et pharmaceutique est un employeur majeur en Suisse. Dans cette branche, le syndicat Unia est partenaire social de presque toutes les conventions collectives de travail (CCT). Nous défendons les intérêts de tous les employé-e-s de la première industrie d’exportation du pays.

Depuis le 18e siècle, la Suisse est une pionnière de l’industrie chimique et pharmaceutique. En 2016, 45 500 personnes travaillaient dans des entreprises pharmaceutiques, soit environ 0,9 pour cent des personnes actives en Suisse. S’y ajoutent indirectement 181 000 personnes employées chez des sous-traitants pour la fabrication d’intrants. Par ailleurs, entre 1996 et 2016, la progression annuelle de l’emploi a atteint 4,4 pour cent en moyenne, soit quatre fois plus que l’économie dans son ensemble. Selon Interpharma (2018), Novartis a enregistré le chiffre d’affaires le plus important de la branche. L’industrie pharmaceutique est clairement un pourvoyeur d’emplois de premier ordre.

Unia comme partenaire conventionnel de la première branche d’exportation de Suisse

Il est donc légitime que les employé-e-s bénéficient de bonnes conditions de travail. L’engagement des syndicats dans ce qui est la plus grande industrie exportatrice du pays remonte à loin. Parmi ce que nous avons obtenu: des salaires minimums, le 13e salaire, des vacances supplémentaires, des horaires de travail réglementés et la semaine de 40 heures, un pouvoir de codécision accru.

Depuis toujours, nous sommes le partenaire social conventionnel des plus grands groupes: Novartis, Roche, Bayer (Suisse), BASF, Lonza, DSM Nutritional Products, Siegfried, Johnson & Johnson, GSK, Firmenich, Givaudan, etc.

Le syndicat pour toutes et tous dans la chimie et la pharma

Unia défend les intérêts de tous les employé-e-s de l’industrie chimique et pharmaceutique. Les conventions collectives de travail que le syndicat négocie définissent les normes applicables aux conditions de travail de toute la branche.

Notre objectif: construire une société qui permette à toutes et à tous de bien vivre et d’avoir un bon travail. Nous nous investissons pour la sécurité économique, la participation aux décisions, la solidarité et la cohésion sociale.

L’industrie 4.0 et le numérique doivent être au service de l’humain

Les gains de productivité dans l’industrie doivent profiter à tous les salarié-e-s. Nous voulons une politique industrielle globale. Elle doit promouvoir les start-ups, lutter contre la surévaluation du franc et pour un développement juste de l’industrie 4.0. Le numérique doit servir l'humain, pas le contraire. En tant que force de travail, nous sommes la colonne vertébrale de notre industrie. Son succès, c’est le nôtre. Nous avons un droit à la protection de nos conditions de travail, à la sécurité de l’emploi, à une meilleure compatibilité entre vie professionnelle et vie privée, aussi à l’avenir.

Liens