Librairie

Le commerce de détail emploie plus de 320 000 personnes, ce qui en fait la deuxième plus grande branche de Suisse. Il est par ailleurs n°1 sur le marché de l’apprentissage, formant près de 26 000 apprenti-e-s par an. Or seule une minorité des employé-e-s de la branche sont protégés par une convention collective de travail.

De longues journées de travail pour un bas salaire

Des journées de travail sont interminables et les salaires souvent bas dans le commerce de détail. Or les individus concernés sont en position de faiblesse face à l’employeur. C’est pourquoi il existe en Suisse des conventions collectives de travail (CCT), qui protègent la main-d’œuvre contre de mauvaises conditions de travail. Concrètement, les employé-e-s donnent au syndicat le mandat de négocier une réglementation collective des rapports de travail. Dans le champ d’application de cette CCT, tous les employé-e-s bénéficieront ensuite des conditions de travail négociées!

Protection des CCT

Unia est parvenu à conclure des CCT avec diverses entreprises du commerce de détail. Il existe par exemple une CCT nationale de Coop. En outre, certaines régions protègent leur personnel par une CCT, tel le canton de Neuchâtel. L’objectif à long terme d’Unia est d’obtenir une convention-cadre nationale, complétée par des CCT au niveau des entreprises.

Participation et ancrage sur les lieux de travail

Près de 10% des employé-e-s du commerce de détail sont syndiqués. Unia est le principal syndicat du commerce de détail, où il possède 14 000 membres. Chez Unia ce sont les membres qui ont le dernier mot. Lors d’une conférence de branche, le personnel du commerce de détail a défini pour la branche les objectifs suivants:

  • revalorisation des métiers de la vente;
  • de bons emplois, avec une politique responsable en matière de temps de travail;
  • renforcement du cadre légal et contractuel, ainsi que du partenariat social en vue d’un renforcement durable de la branche.

Liens