Pépinières

Les conditions de travail dans l’horticulture sont misérables. L’actuelle convention collective de travail (CCT) que l’organisation patronale Jardin Suisse a conclue avec la petite organisation de travailleurs Grüne Berufe Schweiz – en tenant à l’écart Unia – laisse à désirer. Voilà pourquoi Unia exige dans l’horticulture une CCT offrant des conditions de travail équitables.

Un salaire équitable pour un travail pénible

Unia s’engage depuis des années, aux côtés de la main-d’œuvre de la branche, pour de bonnes conditions de travail dans l’horticulture. Ces derniers temps, notre action s’est concentrée sur les salaires – avec des résultats tangibles! Or si des ajustements salariaux s’imposent encore, il reste beaucoup à faire dans d’autres domaines aussi.

Conditions de travail misérables

Les horticulteurs/trices ont une activité aussi pénible que les travailleurs de la construction. Pour un salaire nettement moins élevé. Sur les chantiers, le plus bas salaire minimum s’élève à 4413 francs – contre 3800 francs seulement dans la CCT de Jardin Suisse. Ce n’est pas tout: les maçons peuvent partir à la retraite à 60 ans. Par contre, il faut continuer à travailler jusqu’à 65 ans dans la branche paysagère, même si l’on n’a plus la force physique nécessaire.

On a besoin d’une bonne CCT pour tous

Nous voulons que ça change. Beaucoup d’horticulteurs sont mécontents et demandent une meilleure CCT, qui soit déclarée de force obligatoire. En effet, seule une CCT peut garantir à tout le monde des conditions de travail équitables. Les syndicats invitent par conséquent l’association patronale Jardin Suisse à ouvrir des négociations sur une nouvelle CCT.