Journée d’Olten: des droits forts contre le nationalisme et le dumping

[Translate to Français:] Rudy de Leeuw, Präsident des Europäischen Gewerkschaftsbunds (EGB), unterstrich die Wichtigkeit der Flankierenden Massnahmen für den Lohnschutz in der Schweiz

[Translate to Français:] Sophie Bose berichtete über ihre Forschung zu rechtsnationalen Tendenzen in Deutschland

La montée du nationalisme, les stratégies syndicales et la défense de la protection salariale ont été les thèmes de la journée de discussion d'Olten* cette année. Des syndicalistes européens ont soutenu la position d'Unia sur l'accord-cadre avec l'UE.

Le président de la Confédération européenne des syndicats (CES), Rudy de Leeuw, a souligné dans son discours la nécessité de renforcer les droits des travailleuses et travailleurs partout en Europe. La CES s'engage pleinement à soutenir la lutte des syndicats suisses pour le maintien de la protection des salaires dans le cadre des mesures d'accompagnement.

Pas d'accord-cadre qui affaiblit la protection salariale

«Les mesures d’accompagnement sont exemplaires pour l'importante lutte contre le dumping salarial, car elles ont empêché une réduction du niveau des salaires en Suisse» a déclaré M. de Leeuw. La CES soutient la position d’Unia et de l’Union syndicale suisse, qui rejettent l'accord-cadre institutionnel actuel avec l'UE parce qu'il attaque frontalement la protection des salaires en Suisse.

Soutien de l'Autriche

Christian Fölzer, du syndicat autrichien du bois et du bâtiment, a parlé de son expérience du dumping salarial en Autriche. Dans la construction, des violations des conventions collectives de travail ont été constatées dans près de la moitié des entreprises issues de l’UE détachant du personnel en Autriche. Il est donc d'autant plus important que les syndicats soient en mesure d'appliquer des mesures de protection salariale contraignantes, comme la Suisse le connaît avec les mesures d’accompagnement.

La solidarité au lieu du nationalisme

La spécialiste en sciences sociales Sophie Bose a rendu compte de ses recherches sur les tendances nationalistes de droite en Allemagne. Souvent, le soutien aux arguments nationalistes résulte d'un sentiment d'insécurité sociale et de manque de respect envers les salarié-e-s. Selon elle, c’est sur ce point-là que les syndicats devraient se concentrer. Des expériences de solidarité et des efforts conjoints pour améliorer les conditions de travail dans les entreprises peuvent aider à surmonter les divisions entre les employé-e-s.

 

* La Journée de discussion d’Olten est une rencontre annuelle du syndicat Unia. Ses militant-e-s et ses secrétaires syndicaux y discutent d’un thème actuel et de solutions possibles à des problèmes critiques.