Les migrant-e-s exigent de stopper les renvois de personnes ayant grandi en Suisse

Les migrant-e-s avec la résolution devant le palais fédéral

Le syndicat Unia et diverses organisations de migrant-e-s ont remis ensemble une résolution à Stéphane Rossini, Président du Conseil national. Leur démarche vise à interdire le renvoi des personnes ayant grandi en Suisse ou y possédant leur point d’attache familial.

En amont du débat du Conseil national consacré à la mise en œuvre de l’initiative sur le renvoi, Unia et de nombreuses organisations de migrant-e-s ont remis ensemble à Stéphane Rossini, Président du Conseil national, une résolution contre le renvoi des personnes ayant grandi en Suisse. Cette résolution avait été adoptée lors du premier congrès suisse des personnes migrantes ou issues de la migration, coorganisé par Unia le 7 février à Berne.

Non au renvoi des personnes dont la réalité est ancrée ici

La revendication est on ne peut plus claire: toute personne possédant le centre de ses intérêts en Suisse ne doit pas pouvoir être expulsée. Il serait contraire aux droits humains fondamentaux de renvoyer une personne ayant sa famille et ses contacts sociaux en Suisse.

Large mouvement social

Outre leur résolution, les activistes ont remis au Président du Conseil national diverses revendications de leur congrès du 7 février, ainsi que le manifeste de leur mouvement. La Suisse y est qualifiée de pays fortement marqué par la migration, et le manifeste exige l’égalité des droits pour les personnes migrantes. L’action a été soutenue par plusieurs membres du Conseil national, qui ont participé à la remise de la résolution.