Coiffure: la lutte contre le dumping salarial s’intensifie

Les partenaires sociaux tirent un bilan positif de la CCT.

Face aux nombreuses infractions salariales, les partenaires sociaux de la coiffure ont décidé d’augmenter les contrôles dans la branche en 2019. Ils tirent globalement un bilan positif après un d’entrée en vigueur de la convention collective de travail (CCT).

En 2018, quelque 200 contrôles d’application de la CCT ont été menés dans les salons de coiffure. Dans 55% des cas, des infractions salariales ont été constatées.

250 contrôles inopinés supplémentaires

Face à ce nombre important de violations de la CCT et à l’arrivée massive de nouveau acteurs bradant les prix, les partenaires sociaux ont décidé de mener 250 contrôles supplémentaires. Ces contrôles ne seront pas annoncés au préalable aux salons de coiffure, ce qui augmente leur efficacité et leur l’effet préventif.

Bilan globalement positif de la CCT

Après un an d’entrée en vigueur, les partenaires sociaux tirent un bilan globalement positif de la CCT. Elle a été rendue obligatoire par le Conseil fédéral et des salaires minimums ont été introduits, notamment pour le personnel semi-qualifié et sans formation reconnue. La CCT permet aussi de promouvoir les offres de formation continue. Cela a permis d’améliorer l’image et l’attractivité de la profession.