Retraite anticipée

Retraite anticipée

Retraite anticipée dans la construction

C’est en juillet 2003 que les premiers maçons ont bénéficié de la retraite anticipée (rente RA). La retraite à 60 ans sur les chantiers constitue un des principaux acquis sociaux de ces dernières années. Elle améliore sensiblement les conditions de travail dans le secteur principal de la construction. La retraite anticipée est aussi une réalisation majeure des partenaires sociaux, qui avaient beaucoup lutté pour la retraite à 60 ans.

La retraite anticipée, une histoire à succès

Depuis l'introduction de la retraite anticipée, environ 20 000 travailleurs de la construction en ont bénéficié. Ils peuvent prendre leur retraite à 60 ans en bénéficiant de solides garanties financières. Cette retraite anticipée est financée par des prélèvements salariaux. Une fondation constituée par les partenaires sociaux (fondation FAR) – sur la base d’une convention collective de travail (CCT) déclarée de force obligatoire – est responsable de sa gestion.

Des mesures de financement provisoires sont nécessaires

Avec la retraite anticipée, les travailleurs de la construction peuvent prendre leur retraite dans la dignité. Par le passé, seul un maçon sur cinq atteignait l'âge de la retraite en bonne santé. 80% tombaient en invalidité, au chômage ou étaient poussés vers la sortie. Voila pourquoi la retraite anticipé a amélioré la situation.

La génération du baby-boom arrive à la retraite sous peu. Le nombre de départ en retraite anticipée augmentera temporairement jusqu'en 2024. Des mesures supplémentaires et temporaires sont donc nécessaires pour garantir la retraite à 60 ans. C'est l'objet du conflit actuel dans la construction.