Harcèlement sexuel et mobbing à l'apprentissage

Résultats alarmants d'un sondage d'Unia

Le syndicat Unia a constaté lors de nombreux entretiens avec des apprenti-e-s qu’ils et elles sont confrontés au harcèlement sexuel au travail. Pour avoir une vue d’ensemble de la situation, le groupe d’intérêt Jeunesse d’Unia a mené une enquête auprès de plus de 800 apprenti-e-s au début de 2019. L’étude s’est aussi penchée sur les thèmes du surmenage et du mobbing, de la satisfaction vis-à-vis du salaire et du temps de travail.

L’essentiel

  • 33% des personnes interrogées ont déjà été harcelées sexuellement sur le lieu de travail.
  • 70% des personnes interrogées ont déjà été harcelés sexuellement, peu importe où. Les femmes sont plus souvent touchées (80%), mais presque un homme sur deux est aussi concerné.
  • 70% des personnes interrogées se sentent au minimum parfois stressées.
  • Environ deux tiers des apprenti-e-s doivent au minimum parfois faire des heures supplémentaires, bien que cela doive rester l’exception.
  • Près d’une personne sur trois s’est déjà sentie mal à l’aise en raison de mobbing au travail.

Harcèlement sexuel

Les résultats liés au harcèlement sexuel sont alarmants. 70% des personnes interrogées ont indiqué avoir vécu une situation de harcèlement sexuel au moins une fois dans leur vie. Seules 30% n’ont encore jamais fait l’objet de harcèlement sexuel. C’est particulièrement grave si l’on considère que les participant-e-s à l’enquête sont des adolescent-e-s et de jeunes adultes. L'âge moyen des personnes interrogées est de 19 ans (moyenne arithmétique et médiane).

Harcèlement selon le lieu
Une différenciation en fonction du lieu où se produit le harcèlement montre qu’un tiers de toutes les personnes interrogées (33%) ont déjà été victimes de harcèlement sexuel au moins une fois dans leur quotidien professionnel. Environ un tiers (34%) avaient déjà été harcelées sexuellement à l’école, et même plus de la moitié (56%) dans leur vie privée.

Etendue du harcèlement sexuel en fonction du lieu

Extrait de l'enquête: 33% des personnes interrogées ont subi une forme de harcèlement sexuel dans leur quotidien professionnel.

Les formes de harcèlement sexuel

Cette analyse ne fait pas la distinction entre les diverses formes de harcèlement sexuel. Le tableau suivant donne un aperçu des différentes formes de harcèlement avec une répartition précise des réponses. Plusieurs réponses étaient possibles.

Les «allusions sexuelles ou remarques désobligeantes» constituent la forme la plus répandue de harcèlement sexuel. Elle est souvent exercée en combinaison avec d’autres actes de harcèlement: seules 16% des personnes concernées ont été seulement touchées par ce type de harcèlement.

Répartition des réponses sur le harcèlement sexuel

 

Quotidien professionnel

A l’école

Vie privée

Allusions sexuelles ou remarques désobligeantes.

200

210

350

Présentation indésirable, mise à disposition et affichage de matériel pornographique.

54

88

173

Invitations non désirées à connotation sexuelle.

58

58

227

Contacts physiques importuns.

95

75

256

Stalking (poursuite ou prises de contact répétées et non désirées)

64

60

174

Tentatives de rapprochement associées à la promesse d’avantages ou à la menace de préjudices.

54

53

121

Agressions sexuelles, contrainte ou viol

9

8

85

Le harcèlement sexuel n’est pas qu'un «problème féminin»

La proportion des personnes victimes de harcèlement sexuel varie en fonction du sexe. 80% des femmes interrogées ont déjà été confrontées au harcèlement sexuel. Chez les hommes, le pourcentage est de 48%. Cela montre que le harcèlement sexuel n’est pas exclusivement un «problème féminin», même si les femmes sont touchées en majorité.

Heures supplémentaires et stress

L’évaluation des questions sur les heures supplémentaires et le stress montre clairement que ces deux éléments ne sont pas des exceptions dans l’apprentissage, mais bien qu'ils font partie du quotidien. Près des deux tiers (63%) des personnes interrogées doivent au minimum faire de temps en temps des heures supplémentaires, bien que cela ne soit admis qu’à titre exceptionnel chez les apprenti-e-s. Et 70% des apprenti-e-s se sentent au moins parfois stressés.

Heures supplémentaires et stress dans les entreprises formatrices

Exemple: 37% des personnes interrogées n’ont encore jamais dû faire d’heures supplémentaires, ou rarement.

Surmenage et mobbing

Malheureusement, le mobbing et le surmenage sont aussi largement répandus dans l’apprentissage. Ainsi, près de la moitié (46%) de toutes les personnes interrogées se sentent au moins parfois surmenées. De plus, près d’un tiers (31%) ont déjà été victimes de mobbing sur le lieu de travail.

Surmenage et mobbing au travail

Extrait de l'enquête: 31% des personnes interrogées se sont déjà senties mal à l’aise au travail en raison de mobbing, 9% souvent.

Les personnes interrogées ont aussi souvent constaté que des collègues de travail sont victimes de mobbing. 42% l’ont observé chez leurs collègues.

Satisfaction vis-à-vis du salaire, du temps de travail et du contexte de travail

Les résultats concernant  vis-à-vis du salaire, du temps de travail et l'environnement de travail sont moins préoccupants, mais ne sont toutefois pas satisfaisants:

  • Environ un quart (24%) des personnes interrogées ont indiqué ne pas être satisfaites de l’environnement de travail et des collègues
  • Environ un tiers (32%) ne sont pas satisfaites de leur temps de travail.
  • Presque la moitié sont insatisfaites du salaire (43%).

L’enquête

812 personnes ont participé à l'enquête. 61% des participant-e-s sont des femmes, 30% des hommes et 9% ne s’identifient à aucun des deux sexes. Les questionnaires ont été complétés aussi bien dans les écoles professionnelles (298 réponses) qu’en ligne (514 réponses). Au moment de l’enquête, 28% des personnes interrogées se trouvaient en première année d’apprentissage, 22% en deuxième et 30% en troisième année. 20% des participant-e-s n’ont donné aucune indication précise, ou avaient déjà achevé leur apprentissage lorsque l’enquête a été réalisée.